Les termes techniques font parfois de la blockchain un concept compliqué à appréhender. Les définitions suivantes, en français, faciliteront vos lectures et vous permettront de mieux comprendre la technologie blockchain.

Si vous ignorez tout de la blockchain, nous vous recommandons cette page d’explication.

LEXIQUE

Altcoin : Abréviation pour “Alternative Coin”. Un altcoin est une cryptomonnaie autre que le bitcoin.

Bitcoin (BTC) : monnaie électronique décentralisée conçue en 2009 par un développeur non identifié utilisant le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Pour plus d’informations : https://bitcoin.fr/

Blockchain : la blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, sécurisée, transparente, et fonctionnant sans organe central de contrôle.
Par extension, une blockchain (littéralement une « chaîne de blocs ») désigne une base de données sécurisée et distribuée (car partagée par ses différents utilisateurs), contenant un ensemble de transactions dont chacun peut vérifier la validité. Une blockchain peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable.

Clé privée : clé permettant à l’utilisateur d’une blockchain d’initier une transaction en signant cryptographiquement son message

Clé publique : clé servant d’adresse sur une blockchain. Connue de tous, elle permet à un émetteur de désigner un destinataire.

Colored coins : ensemble de méthodes ou protocoles permettant de créer, représenter et gérer des actifs réels sur la blockchain Bitcoin.

Cryptomonnaie : monnaie électronique et peer-to-peer, se basant sur des principes  cryptographiques pour la validation des transactions et la génération de la monnaie elle-même.

DAO (Organisation Autonome Décentralisée) : Programme qui scelle dans une blockchain la gouvernance d’une organisation. Contient plusieurs smart contracts qui interagissent entre eux. Pour plus d’informations : Qu’est-ce qu’une DAO ?

Ether : cryptomonnaie d’Ethereum.

Ethereum : plateforme décentralisée, basée sur une blockchain, permettant à son réseau d’utilisateurs de créer des smart contracts. La blockchain d’Ethereum fonctionne avec la monnaie Ether. Contrairement à la blockchain du bitcoin, focalisée sur l’aspect monétaire, la blockchain d’Ethereum a vocation à accueillir des programmes très divers, qui sortent du cadre purement monétaire.

Fiat money : monnaie “classique”, dont la valeur est donnée par la loi ou la régulation gouvernementale  (euro, dollar…).

ICO (Initial Coin Offering) : méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet. Pour plus d’informations : ICOmentor.net

Minage : utilisation de la puissance de calcul informatique afin de valider les transactions sur un réseau blockchain, sécuriser celui-ci, et permettre à tous les utilisateurs du système de rester synchronisés.

Mineur : personnes (particuliers ou sociétés) qui connectent sur le réseau une ou plusieurs machines équipées pour effectuer du minage. Chaque mineur est rémunéré  au prorata de la puissance de calcul qu’il apporte au réseau.

Multisig : méthode de sécurisation d’un portefeuille exigeant les signatures de plusieurs clés pour débloquer des fonds.

Noeud :  ordinateur relié au réseau et utilisant un programme relayant les transactions.

Oracle : Service puisant des données d’une ou plusieurs sources (base de données privées ou publiques, réseaux sociaux…) et les « injectant » dans les smart contracts pour déclencher le paiement.

Proof of stake : méthode utilisée pour atteindre le consensus distribué dans un réseau blockchain. A l’inverse du Proof of work, le Proof of stake ne demande pas aux utilisateurs d’utiliser leur puissance de calcul, mais de prouver la propriété d’un certain montant de crypto-monnaie. Ethereum vise le passage au Proof of stake à moyen terme.

Proof of work : “preuve de travail” ou “preuve de calcul”. Il s’agit du traitement cryptographique permettant la validation des blocs de transactions. Effectuer ce traitement requiert du temps de calcul : en général, un seul ordinateur du réseau y parvient en environ dix minutes. La difficulté est régulièrement adaptée pour maintenir cet intervalle. Le Proof of work est notamment utilisé sur le protocole Bitcoin.

Satoshi Nakamoto : pseudonyme de l’inventeur du bitcoin, dont la véritable identité est encore inconnue malgré de nombreuses spéculations.

Sidechain : blockchain secondaire qui se développe parallèlement à une blockchain principale, mais qui y est rattachée afin de pouvoir en connaitre toutes les informations. Les sidechains permettent d’accroitre le volume d’informations pouvant être traitées au sein d’une blockchain (volume normalement limité), tout en restant sur une même blockchain principale.

Smart contract : “contrat intelligent”. Les smart contracts sont des programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.

Token : actif numérique pouvant être transféré (et non copié) entre deux parties sur Internet, sans nécessiter l’accord d’un tiers. C’est par exemple le cas du bitcoin. A noter que les tokens sont au coeur du mécanisme des ICO. Pour plus d’informations : Comprendre les tokens.

Pour aller plus loin :