Contribution écrite par Katharina Dalka, Consultante Banking & Fintech chez Pierre Audion Consultants

Il est encore impossible de mesurer entièrement l’impact de la technologie blockchain sur le secteur de la finance – disons juste que le meilleur reste à venir. Actuellement, nous, analystes et consultants, essayons d’évaluer son potentiel. Et la plupart d’entre reconnaissent qu’il est énorme.

Grâce au bitcoin ou aux autres monnaies virtuelles, qui représentent l’un de ses domaines d’application majeurs, la blockchain semble être de plus en plus visible dans la banque d’investissement. La technologie blockchain permet, en effet, de réaliser des transactions sécurisées et de faciliter les règlements tout en réduisant les coûts et le temps de transaction.

Mais qu’en est-il de la finance d’entreprise ? C’est là où se trouve l’argent après-tout ! Cependant, la technologie blockchain en est encore à ses débuts dans ce secteur.

La blockchain permet de garder une trace de toutes les transactions et s’avère inaltérable une fois que les informations ont alimenté la chaîne. C’est pourquoi, certaines sociétés souhaitent appliquer ces fonctionnalités à la finance d’entreprise. Le NASDAQ, par exemple, est en train de développer sa plateforme Linq.  Celle-ci permettra la création d’une blockchain privée qui sécurisera et améliorera la distribution et la tenue des registres de mouvement de titres émis par des sociétés privées.

La start-up Digital Asset Holding, spécialisée dans la blockchain, cherche quant à elle à promouvoir des solutions basées sur des registres blockchain privés ou autorisés dans le but de gérer les crédits syndiqué, les prêts du Trésor américain, le marché des changes ainsi que le règlement des opérations sur titres et dérivés.

Cependant, avant de considérer la blockchain comme une solution à part entière dans un monde financier très globalisé, et d’y recourir de façon massive, les gouvernements et les régulateurs doivent régler le problème de la fiscalité, se préoccuper de la réglementation et des questions juridiques qui se posent. Par exemple, qui détient les machines utilisées pour le minage ? Ou encore, quand et comment modifier un smart contract ?

En théorie, la blockchain et les smart contracts peuvent être utilisés pour faciliter quasiment toutes les transactions financières. Grâce à ces contrats intelligents, le règlement des dividendes et des coupons pourrait être automatisé. La blockchain permettrait de sauvegarder toutes ces transactions dans un seul registre plutôt que dans de nombreuses bases de données via de nombreux organismes comme c’est le cas actuellement.

Par conséquent, la technologie Blockchain permettra aux banques d’économiser de l’argent en rationalisant et en sécurisant leurs processus métiers. Et ces aspects comptent parmi leurs principaux objectifs.